L’Herbotherapie, l’Herbothérapeute et la Tisanothérapie

 

 

Origine connue des tisanes et premières infusions et décoctions

 

L’origine des tisanes connues remonte à l’Antiquité et certainement, bien avant (on estime, par exemple, que l’homme du paléolithique consommait environ 10 000 espèces animales et végétales différentes) mais malheureusement, l’absence d’écrits n’a pas permis de reconstituer ce que pouvait contenir ces breuvages, ni ceux de nos druides, plus proches de nous, malgré quelque informations sur les Eubages et des textes de Dioscoride. A l’époque des grecs puis des romains, ils utilisaient le talent des plantes pour se soigner, soit grâce aux tisanes, soit à l’aide de compresses à base de plantes, en concentrant leurs principes actifs naturels par des purées appliquées sur le corps. Ainsi, dans le Corpus hippocraticum d’Hippocrate (Vème siècle avant JC), il est fait état de 230 plantes médicinales.

Au Moyen-âge, les préparations de tisanes, déjà plus sophistiquées, étaient pour les médecins la principale ressource d’apport pharmaceutique et l’herboristerie française, allemande et suisse était les plus connues mais non encore formalisées. Nombre d’apothicaires préparaient des tisanes aux recettes secrètes… mais n’était pas herbothérapeute qui veut et la sorcellerie n’était pas loin, ce qui leur a parfois causé des difficultés avec les autorités religieuses de l’époque.

 

Puis, vint la découverte du monde et les grands voyageurs, de Marco Polo à Parmentier, l’Amérique, le Moyen-Orient, la Chine livraient leurs recette de tisanes à base de plantes de l’herboristerie indigène. La médecine chinoise s’imprégnait aussi de ces échanges entre herbes médicinale occidentale, thé et tisanes aux vertus qui devenaient de plus en plus caractérisées par leur objectif : digestive, aphrodisiaque et désirs sexuels, érection, digestion, drainant, relaxante, maux de gorge ...

Les nobles s’enorgueillaient de la dernière mode et le Roi Soleil, lui-même, ne jurait que par les bienfaits de tisanes, il mourut à 77 ans. C’est sur sa demande qu’à travers le Potager du Roy, on commença à mettre en place une politique de sélection de producteurs locaux mais, aussi, aussi loin que les alpages français, les contreforts du Jura et de la Suisse, avec un contrôle de la qualité et de test et de sélection, déjà, théorisés à l’époque par son Grand jardinier La Quintinie. Politique que celui-ci employa aussi pour les pèches et donna lieu à la très importante production de pêche à Montreuil et ses 600 kms de murs à pêches, puis Napoléon 1er et son aréopage de scientifiques qui collectaient les plantes, identifiant, classifiant formules et recettes, locales et coloniales, donnant naissance à la grande herboristerie française et son formidable herbier aujourd’hui en passe d’être numériser, et fin 19ème, avec la révolution industrielle et l’apparition de nouvelles maladies, la France, créent des cursus universitaires incluant la phytothérapie. L’Allemagne n’était pas en reste avec les suisses et qui développaient et décrivaient méthodiquement eux aussi, nombre de formules reposant sur le talent de ses plantes médicinales aux effets puissants, notamment, de l’herbier local des alpages suisses et des montagnes autrichiennes.

 

Puis, vint l’industrie chimique et pharmaceutique qui utilisa et copia les principes actifs naturels des plantes pour les reproduire par la chimie de synthèse, ce qui devint une source essentielle de nos médicaments actuels mais le goût et le plaisir de consommer des tisanes avait alors disparu de ces médicament.

 

On constate aujourd’hui un retour à une consommation de tisanes dans des gammes de beauté, santé ou bien-être à but curatif mais aussi, une approche égocentriste de consommation personnelle, une forme de pause de liberté, un moment d’indépendance et de soin pour soi, par opposition au café ou au thé, encore essentiellement consommé comme simple stimulant.

 

 

Définition technique de la tisane

 

Une tisane est une boisson aux propriétés curatives sur le moyen terme et par la constante répétition d’une consommation en cure. Elle est obtenue par macération, décoction ou infusion de toutes les parties des plantes (fleurs fraîches ou séchées, feuilles, tiges, racines), dans de l'eau chaude ou froide.
Les différents modes de préparation ont tous pour but d'extraire les principes actifs naturels des plantes. La macération consiste à laisser tremper les parties de plantes dans l'eau froide pendant plusieurs heures. On parfume ainsi de l'eau à la menthe, à la mélisse, au sureau, etc. L’infusion consiste verser de l'eau chaude sur les plantes broyées plus ou moins finement, ou peut découpe pour en laisse un contact optimum et un contrôle visuel de la qualité puis à le laisser tremper pendant quelques minutes. La décoction consiste à jeter la plante couper en morceau dans l'eau, à porter celle-ci à ébullition pendant quelques minutes, puis éventuellement de la laisser refroidir
La décoction contient toujours une plus grande quantité des principes actifs de la plante que l'infusion.

Ces modes de préparation sont souvent la synthèse d’un savoir faire ancestral et de traditions familiales et servent tous à extraire les composés aromatiques des plantes et des principes actifs puissants pour un bénéfice efface et différencié. Dans tous les cas, le liquide obtenu est en général filtré avant d'être bu afin d’éliminer les petits résidus de plantes. Pour une tisane efficace, le respect de la nature et de ses contraintes de pousse est essentiel. Il ne s’agit pas de dénaturer le goût par l’ajout d’aromes artificiels mais plutôt de s’orienter vers des cultures qui respectent les équilibres naturels et les contraintes de l’agriculture biologique.

 

C’est à l’herbotherapeute moderne et à l’herbothérapie de formaliser plus encore, les formulations des tisanes en fonction d’objectifs curatifs précis : peau neuve, cellulite, ménopause, amincissante, … . L’herbotherapeute ou le pharmacien doit vous guider dans le choix de vos tisanes, vous apprendre à les connaitre et à ne pas apprécier seulement leur gout mais aussi, l’extraordinaire talent des plantes que la nature vous offre.

 

 

Les modes de préparation de la tisane

 

Les plantes et les éléments naturels peuvent beaucoup pour vous. Encore faut-il se rappeler que, contrairement aux médicaments, chimiques et agressifs, leur action est douce et bienfaisante. Pour obtenir de bons résultats, il convient de préparer les recettes avec précision et d'y recourir fréquemment. Associées à une alimentation naturelle, les plantes vous apporteront toute la mesure de leur action guérissant.

- Les tisanes se préparent dans des récipients allant au feu: pyrex, émail, porcelaine, terre, inox mais jamais d'aluminium,

- Utiliser chaque fois la quantité de tisane nécessaire et laisser les plantes séjourner dans le récipient jusqu'à épuisement du liquide.

- Il faut varier l’utilisation pour ne pas créer d'accoutumance et chaque cure est de six semaines; ménager ensuite une semaine de repos avant de recourir éventuellement à une autre tisane.

- La cure peut s'effectuer sur le lieu de travail: il suffit d'y apporter un thermos contenant sa tisane passée au préalable.

- Les plantes ou leur mélange se conservent au frais, dans des boîtes, de préférence en métal, bien fermées.

 

Si vous souhaitez plus de documentations, de nombreux articles sont sur Internet, Wikipédia est le plus formalisé mais l’herboristerie suisse a ses grands auteurs aussi et la France, une littérature abondante de recettes de tisanes aux plantes sur ses blogs.

 

 

Bibliographie : Plantes et tisanes médicinales

 

Tribune du droguiste»
Auteurs : Hans Wirz, Ann Kugler

 

« Traitements et Remèdes Naturels à base de Plante »

Auteur : Christophe Saussaye

 

« Mes secrets de santé par les plantes, tisanes et médecines naturelles »

Auteur : Bontemps M+R

 

« Nos Plantes ont du Talent® »

Recherche fondamentale : ACPF,CH-1873, Les Crosets

 

« Les Vertus Des Tisanes »

Auteur : Lavedrine

 

La Santé par les Plantes de suisse romande

Auteur : François Couplan

 

Tisanes bienfaisantes suisses

Auteur : Germaine Zermatten

 

Recettes santé de nos grands-mères

Auteur : Germaine Zermatten

 

Flora Helvética

Auteurs : K. Lauber & G. Wagner

 

Phytothérapie

Auteur: Dr Valnet J.

 

Flora von Deutschland, Osterreich und Schweiz

Auteurs: Prof. Dr Thome, O. Wilhelm

 

Bilder und Nordens Flora

Auteur: M. Lindman

 

Wikipédia et blogs français